Après des études en Sciences Politiques et du sport de haute compétition, Gérard Zingg fait à 25 ans ses premiers pas dans le cinéma en écrivant avec Philippe Dumarçay, le scénario de « Tendres Chasseurs » (1969), mis en scène par Ruy Guerra avec Sterling Hayden et Susan Strasberg, film plébiscité par la critique au festival de Venise en 1970.

Il réalise un premier court-métrage, « La Quille Bon Dieu », Grand prix au Festival de Hyères en 1971.

Suit une longue collaboration avec Bertrand Blier sur « Les Valseuses ». En tant que premier assistant, il a la tâche de chercher les acteurs du film et entraîne dans cette aventure une nouvelle génération de techniciens (Bruno Nuytten signera là sa première image).

Gérard Zingg poursuit sa route avec Gérard Depardieu en travaillant entre autre avec Marco Ferreri sur « La Dernière Femme », dont il signe les dialogues et la direction du doublage.

Il est assistant de Claude Goretta sur « Pas si méchant que ça » et, au théâtre, de Claude Régy pour « La chevauchée sur le lac de Constance ».

C’est en 1977 qu’il réalise son premier long-métrage, « La Nuit tous les chats sont gris » avec Gérard Depardieu, Robert Stephens (le Sherlock Holmes de Billy Wilder), Laura Betti et Tsilla Chelton.

Le film représente la France au Festival de Paris ; il reçoit un vrai succès critique et professionnel. Frédéric Mitterand juge alors que Gérard Zingg « se place à un niveau d’originalité et de talent extrêmement rares ».

Une sortie en salle et en DVD est prévue en 2017.

Suivent quelques collaborations d’écriture dont « L’Année prochaine si tout va bien » de Jean-Loup Hubert, co-signé avec Josyane Balasko, interprété par Isabelle Adjani, Thierry Lhermitte et Marianne Chazel.

En 1987, Zingg réalise « Ada dans la Jungle », avec Richard Bohringer, Philippe Léotard, Victoria Abril, Bernard Blier, Isaach de Bankolé, Charley Boorman, comédie fantasque tournée en Afrique, adaptation de la bande-dessinée de Francesco Tullio-Altan.

 

Après « Ada », il se consacre un temps à la peinture, au dessin. Suivront plusieurs expositions en France (La Hune, Galerie Béatrice Soulié...) et à l’étranger. Il intègre la collection du Museum of Everything. Trois livres ont paru : « L’heure du Loup »,  « Loup, où es-tu ? », « Si je te vois je suis à toi ».

Jerôme Cassou (Paris Première) écrit : « Zingg aime partir de supports imagés, il fait disparaître l’image poncif pour faire naître ses histoires qui nous transportent du côté de la fable, dans une sorte d’Eden primitif où le sexe est innocent et cruel. Zingg s’invente une imagerie loufoque qu’on pourrait apparenter à Breughel ».

Retour au cinéma avec un long travail sur son nouveau film, « Yéti, L'homme sauvage », fiction où se mêlent tournage conventionnel et images dessinées et animées.

 

© Alexandre Gouzou

© 2017 by Gérard Zingg

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now